PARLEMENT DES ENFANTS

 

 

PROPOSITION DE LOI

 

 

 

 

visant à contraindre les annonceurs et les publicitaires à représenter la diversité de la société française dans les publicités diffusées à la télévision, dans la presse et en affichage public

 

 

 

 

présentée

 

 

par Isak AlTUN, Julie BIENVENU, Yaren CAKMAK, Alper CELKKAYA, Laurie CICE, Fatima DAHMANI, Kathleen DESDOUITS, Samia EL FAHMI, Amélie FREDERIC, Marie HATREL, Killian LASSALE, Pierre LECHAT-BERNARD, Fabien LECONTE, Florent LEFAUCHEUX, Damien LEMAÏTRE, Elisa LENAIN, Benoît LORMEAU, Kévin MAUGUIN, Margot REVERT, Assia SEALITI, Dylan TOURAILLE,

Ozlem YILMAZ, Soufian ZAHRI

 

 

 

 

 

 

 

Les élèves de la classe de CM2 de l’école primaire publique Victor Hugo de L’Aigle (Académie de Caen)

EXPOSE DES MOTIFS

 

 

  Mesdames, Messieurs,

 

 

   Nous souhaitons vous rappeler l’article 1er de la  Constitution  qui énonce que :

 « La France est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale. Elle assure l’égalité devant la loi de tous les citoyens sans distinction d’origine, de race ou de religion »

ainsi que la loi du 31 mars 2006 pour l’égalité des chances, qui consacre la compétence du Conseil Supérieur de l’Audiovisuel en matière de promotion de la diversité: Le Conseil Supérieur de l’Audiovisuel contribue aux actions en faveur de la cohésion sociale et à la lutte contre les discriminations dans le domaine de la communication audiovisuelle.. Il veille, notamment, auprès des éditeurs de services de radio et de télévision, compte-tenu de la nature de leurs programmes, à ce que la programmation reflète la diversité de la société française. »

 

     Dans notre classe et notre école , un certain nombre d’élèves sont d’origine extra-européenne. Ils font partie des 20 % de la population française issus des minorités visibles.

Après avoir visionné un certain nombre de spots publicitaires télévisuels, nous avons remarqué que ces minorités visibles y sont très peu représentées et que l’image positive de la diversité se réduit encore trop souvent à celles des personnalités du sport , de la musique ou de la mode. La publicité n’est pas à l’image de la société.

    En juin 2006, à l’occasion d’un colloque sur la diversité dans la publicité, le BVP, Bureau de Vérification de la Publicité a commandité une enquête quantitative sur la représentation des personnages « extra-européens » dans les publicités. 

Amer constat : leur présence est très faible .

Sur 100 000 publicités diffusées à la télévision, dans la presse et en affichage public, seulement 3,1% représentaient cette diversité.

La diversité demeure donc l’exception et non la règle dans le milieu de la publicité. Au sein de cette exception, les célébrités du sport, de la  chanson et de la mode y sont sur– représentées .

Le personnage français « moyen » est toujours représenté par un « blanc »

   A-t-on déjà vu un noir, un arabe ou un asiatique représentant un enfant , un père ou une mère de famille, une personne âgée ?

     Nous pensons donc que les minorités sont exclues  et que c’est une discrimination.

C’est pourquoi nous avons décidé que les annonceurs et les publicitaires doivent s’engager à représenter la diversité dans toutes les publicités et que ce ne soit pas tout le temps des personnes célèbres.

 

   Mesdames, Messieurs, c’est pourquoi nous vous demandons de tout cœur , au nom des  personnes  d’origine diverse, de voter cette loi.

 

 

Proposition de loi

 

Article 1er

 

Au nom du principe d’égalité, les annonceurs et les publicitaires ont l’obligation de représenter la diversité de la société française dans toutes les publicités diffusées à la télévision, dans la presse et en affichage public.

 

Article 2

 

   Les annonceurs et les publicitaires doivent représenter cette diversité par des gens de milieux variés et ayant des parcours différents .